Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

FIGB recrute




Recherche

6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 23:42

J'étais jeune et fou. Je rêvais d'être un pirate et d'écumer les sept mers, sabre au clair et perroquet sur l'épaule. Je rêvais de traverser le désert à dos de chameau en buvant du thé à la menthe, de parcourir la jungle amazonienne en pirogue en tuant des serpents à coups de machette, de passer le cap Horn en trois-mâts en prenant des ris dans la grand-voile, de conquérir la Mongolie à dos de cheval de Prezwalzwszki en comptant mes consonnes.

 

En fait non. C'est faux. Je n'ai jamais vraiment eu de velléités particulièrement aventureuses. Je suis né mou, mou je suis resté, comme un spaghetti trop cuit, mais en plus gros.

Lire les aventures de Tintin ou du capitaine Corcoran, ça ne compte pas, même si y'a des tigresses qui s'appellent Louison (du moins dans l'une des deux).

 

Enfin donc, je n'ai jamais été un aventurier. Et pourtant, j'ai quitté mon doux cocon de banlieue parisienne pour partir vers l'Afrique moite et sauvage.

 

Et laissez-moi vous dire une chose : je ne me suis que rarement senti aussi peu aventureux. Je me sentais plus l'âme d'un capitaine Cook en allant au cul des vaches hautes-marnaises (toutes douces et mamelues qu'elles étaient). Ou en allant à pied au cinéma à Québec.

 

Ici, la plus grande aventure qui me soit arrivé, c'est d'aller porter mon linge au pressing. Tout seul. Sinon, ben, j'ai juste chaud et je transpire.

 

Alors quand je compare à mes cousines, par exemple, je me sens un peu minable, entre l'une qui est en ce moment en train de chercher un arbre à Bornéo pour compléter sa collec' de 1440 plantules, et l'autre qui est instit' dans la jungle guyanaise sans accès internet. Et je parle pas de leurs parents. Ou par rapport à mes soeurs, qui vont dans les villages camerounais ou se retrouvent à laver des coqs de combat vénézueliens à l'alcool de serpent. La honte.

 

Bon, du coup, j'ai décidé de me lancer dans l'aventure. De faire des trucs que j'osais pas.

 

Par exemple, publier un article de blog de moins d'une page. Oué. Chuis un ouf.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Antoine 29/10/2010 10:43



Hahaha, "from humble beginnings to an even more humble end" C'est beau d'en etre conscient :)



Cécile 07/10/2010 08:03



t'as été traumatisé grave par la haute marne :))