Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

FIGB recrute




Recherche

8 mai 2008 4 08 /05 /mai /2008 22:42

J’étais en train de faire la vaisselle, tranquillement, dans la semi-pénombre de ma cuisine marronnasse, lorsque je fus frappé par une Muse, d’un coup sec, alors que je désincrustais un bout de courgette du bord d’une assiette. Comme j’y suis un peu habitué, je n’ai pas lâché mon assiette, et j’ai décidé de noter tout ça, il ne reste plus qu’un plat, de toute façon.



Bref.

Donc, cette muse m’a dit : « sur l’autoroute de l’Amour, j’ai raté le péage ».

Je vous rassure tout de suite, ça ne me concerne pas, moi j’ai même pas le permis. Non, hein, je me cherchais une métaphore à filer, et c’est celle-ci qui m’est tombée sur le coin de la figure.

Ca sonne bien, je trouve. On dirait une chanson de Sardou, un peu. Ou de Mike Brant.

Mais c’est quand même pas très clair.



Ca voudrait dire quoi ? Ce serait quoi, le péage de l’amour ? Je refuse de croire qu’une muse parlerait de tapineuse, ça colle pas avec le romantisme beauf de la phrase (oui hein, tout le monde a pas les muses de Brassens). Ou alors la phrase est pas du tout romantique, et l’autoroute de l’amour accepte les contresens et est surtout fréquentée par des Fiat Punto.



Si ce n’est pas ça, de quoi cela parle-t-il ?



Hum. Le péage, c’est ce qui est cher et pénible au début, et où on fait souvent la queue.

Si il n’y avait pas la queue, ça augure pas des masses d’un amour qui fasse des jaloux. En fait, ça enlève pas mal de romantisme à la phrase.

D’autant plus que

Je me demande dans quelle mesure ce n’est



Haha, je reprends cette note trois jours plus tard, et je ne vois pas du tout où je voulais en venir avec ces deux derniers débuts de phrase.



En même temps, est-ce bien nécessaire de toujours aller au bout de ce qu'on pensait des jours avant ? Hein ? Je vous le demande.



Alors que tout compte fait, à la base, c'était pas forcément très passionnant, je m'en rends compte maintenant. Filer des métaphores, à quoi bon quand on a une GameCube® ?



Je préfère mettre des branlées à des débutantes sur Mario Kart. C'est plus rigolo et ça demande moins d'efforts intellectuels, et dieu sait que j'ai horreur des efforts intellectuels. Ca fait mal à la tête, et après on se dit qu'on a dit des conneries. Avec Mario Kart, on se dit juste « Ha, quel con, pourquoi j'ai pris cette caisse alors que je savais bien qu'elle allait m'exploser à la yeule ? » et on cherche même pas à répondre, vu qu'on a une carapace de tortue à esquiver. C'est beaucoup plus sain pour les neurones. Enfin, je crois. Dans la mesure où mes neurones ont une sainteté à préserver, ce dont je ne jurerais pas. D'ailleurs, qui suis-je pour juger de la sainteté de mes neurones ? J'ai même pas fait ma première communion, même si j'ai lu toutes les histoires de la Bible, avec les fils prodigues et les putes insoumises.



J'aimais bien, mais pas plus que les histoires de Tezcatlipoca ou Huitzilopotchli, qui avaient le mérite d'avoir des noms un peu plus funky que Jésus-Christ, Jean-Baptiste ou Marie-Madelon.



Bon, je crois que je me suis assez éloigné de mon thème de départ pour aujourd'hui. En plus, je suis en bas de la page.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Billy Boy 09/05/2008 17:48

Ta muse, elle ne te dit pas comment éviter les caisses explosives à Mario? Ca au moins, ce serait utile ;)

Mlle Gima 09/05/2008 00:13

En meme temps les autoroute tu voius rien et tu fait qu'aller vite. Alors à part une autoroute d'un soir... mieux vaux partir à byciclette...

Cécile 09/05/2008 00:04

tu m'as quittee sans un adieu sans attendre.... LACHE !! :))

Cécile 08/05/2008 23:28

j'aime beaucoup ta grosse police tu sais :))sur l'autoroute de l'amour les contre sens sont fatalssurtout quand t'es en poussette sur le circuit arc en ciel.