Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

FIGB recrute




Recherche

26 mars 2008 3 26 /03 /mars /2008 19:42

Mes amis, comme vous le savez, j’étudie en ce moment le chinois. Or, à ma grande surprise, malgré leur connaissance de mon assiduité d’appretissage, des personnes qui se prétendaient mes amis étaient persuadés que j’étais infoutu de dire quoi que ce soit en chinois, alors même que je leur avais démontré que je savais dire « il y a trois tasse sur la table ».

Devant ce ridicule entêtement à me nier toute capacité intellectuelle, j’ai décidé de prouver ici que j’étais capable de vous conter une histoire en chinois, vous avez qu’à vérifier, la traduction est parfaitement exacte. Non mais.

En plus, ça me permet de faire mes devoirs pour demain.


============================= 


Xiăo péngyou, wŏ kuàiyào gĕi nĭmen jiăng yī ge hĕn yŏu yìsi de gùshi. Qĭng zuò hé tīng wŏ.

 

Gŭ shíhou, zài yī ge hĕn yuán de guójiā, yŏu yī wéi guówáng. Zhè wéi guówáng hĕn hăo, késhi bèn. Tā zuì xĭhuan piàoliang de yīfu, yŏu hĕn duō de, yīnwei tā yŏu hĕn duō qián.

 

Liăng wéi mài yīfu de rén yī tiān lái gĕi tā mài yīfu. Tāmen gĕi tā yī ge fēicháng hăokàn de yīfu. Tāmen shuō zhĭ yŏu hĕn cōngming de rén kéyi kàn zhè jiàn yīfu, bèn rén bù kéyi kàn.

Guówáng méi xiăng shuō tā bù kéyi kàn zhè jiàn yīfu le, tā gĕi mài yīfu de rén hĕn duō qián.

 

Míngtian, guówáng gēn lüshī qù malù zŏulù. Tā chuān tā de xīn yīfu. Rén kàn guówáng guò mălù, tāmen bù shuōhuà. Késhi yī ge xiăo háizi shuō « Kàn, bàba, wáng shì nü ! »

-Bié tánhuà, xiăo zhū.

 

(le paragraphe suivant n’existe pas en version originale, le chinois étant une langue pleine de pudeur)

 

Ránhòu zhè ge guójiā de rénkŏu dōu chuān zhè zhòng yīfu.

Késhi shíèr yué lái. Yīnwéi rén dōu méi chuān yīfu, tāmen de shēntĭ nă guì, ránhòu tāmen méi yŏu shēntĭ.

 

Zhè ge gùshi hĕn nánguò.

Yī ge bling-bling de guówáng duì tā de rénkŏu bù hăo.

 

 ***************************

 

Mes chers petits amis, je m’en vais vous conter une édifiante histoire. Asseyez-vous, et écoutez.

Il y a de cela fort longtemps, dans un pays fort lointain, il y avait un roi.

Ce roi, bien que bon, était quelque peu sot, et aimait par-dessus tout les beaux habits, et en possédait beaucoup, car il était fort riche.

Un jour, deux vendeurs de vêtements vinrent lui vendre des vêtements. Ils lui montrèrent un vêtement magnifique que, lui dirent-ils, ne pouvait être vu que des gens intelligents. Le roi ne voulut donc pas dire qu’il ne pouvait le voir, et donna beaucoup d’argent aux vendeurs de vêtement pour ce vêtement.

Demain, le roi alla marcher sur la grand-route, avec des avocats, en portant ce nouveau vêtement.

Les gens regardaient passer leur roi sans piper mot. Mais un petit enfant dit : « Papa, regarde, le roi est nü ! 

-La ferme, cochonnet."

 

Car en effet, la foule, constituée essentiellement d’hommes, admirait sans réserves la poitrine haute et ferme et le gracieux dandinement du popotin du roi qui se révélait être une femme (nü en chinois) (ce qui explique sans doute sa coquetterie) (oui, tout ça pour un jeu de mots franco-chinois foireux, j’ai honte).

 

Bientôt, le roi étant arbitre des modes, tout le monde se mit à porter le même vêtement.

 

Las ! Rapidement s’en vint décembre, décembre et ses frimas, et la population, dénuée de tout vêtement, perdit sa santé jusqu’à n’en plus avoir du tout.

 

C’est une bien triste histoire.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Francis 28/03/2008 11:49

Donio >> Je peux. Je garantis pas d'être compris par qui que ce soit (et surtout pas un chinois), mais je peux.Gima >> grosse nulle !chry >> Merci :pClystère >> Nan, c'est bien du mandarin vérifié dans mon livre de mandarin, pas de doute. Soigne bien tes hulottes, quand même.d'A >> Ho ! Voyons ! Je ne suis pas un plagiateur !freakylady >> Mais fais donc, je ne voudrais pas t'en empêcher, heinCécile >> Je ne babille pas une histoire, je débabille un roi

Cécile 28/03/2008 10:41

On dirait un mome de 2 ans qui babille une histoire :))

Clystère le résépiscent 28/03/2008 00:25

C'est pas plutôt du mandchou, mon chou ?
En tous cas, c'est râpeux comme. Vache, ça m'arrache les hulottes, que j'ai pourtant scarieuses. Merci pour l'embellie phisqualle qui s'ensuîvrâ sans aucun doute...

freakylady 27/03/2008 11:15

Ah tu veux jouer à ça? Bouge pas, je m'en vais te coller un chant de l' "Art d'aimer" dans le texte, tu vas kiffer grave...

d'A 27/03/2008 10:33

sur quel site t'as copié ça ? :) mdr pour la fin