Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FIGB recrute




Recherche

19 octobre 2007 5 19 /10 /octobre /2007 00:21

Tout avait si bien commencé.

Nous nous étions retrouvés vers midi, cinq internautes devant le train, à en attendre trois autres en provenance de Belgique, dont un qui venait de Suède. On les a trouvés, on s’est fait des bisous comme si on se retrouvait après de longues années alors qu’on s’était jamais vus, et tant pis si c’était des belges, c’étaient des amis avant tout, même si c’étaient des amis belges qu’on avait jamais vus. Tellement qu’on était contents de se voir enfin qu’on a même pas trop pensé aux maladies.

Puis on est partis au resto, à pied sous un soleil radieux comme il sait l’être de temps en temps, et on s’est mis à table.

On a d’abord attendu d’autres gens qui étaient censés venir, alors on a pris un apéro, puis un deuxième, puis un troisième. Puis comme ils arrivaient pas, on a commandé notre manger.

Et on a mangé, en continuant à discuter de tout et de rien, de la supériorité des français sur les belges, des effets du réchauffement climatique sur les ophiures suédoises, de Spirou qui avait publié une lettre de notre belgeu (y’a pas de féminin à belge, c’est con), du site belge qui nous a réunis (gloire à Lordi), des salauds qui nous avaient posé un lapin, on a fini de manger alors on s’est posés en terrasse, et on a continué de discuter en buvant des bières, des communards, re des bières, des jus de tomate avec du sel de céleri et du tabasco, re du jus de tomate, re des bières, on a parlé de bières, de tatouages, de plein plein de trucs, et d’un coup, il a été 22 heures, on a fait houla, déjà vingt-deux heures, on devait remettre notre belgeu (raah, toujours pas de féminin à belge) dans le train à vingt-deux-heures trente alors on y est allés.

 

Puis on s’est fait des bisous pour se dire au revoir à certains, sauf le plus beau et le plus drôle de nos trois belges (tu m’en veux pas Léopold, c’est pour l’histoire, ça rajoute de l’intérêt pour mes rares lecteurs) qui devait prendre la même ligne de RER que moi parce qu’il restait deux semaines pour faire des expériences sur des animaux morts qu’il avait dans son sac et qu’il les faisait au bout de la ligne.

 

Etant donné qu’il était pas si tard, j’ai proposé de l’accompagner jusqu’à sa station, comme ça on a continué à discuter.

 

Malheureusement, j’ai fait un faux calcul.

J’ai raté le dernier RER à quinze secondes près.

Je pensais qu’il y en aurait plus tard, mais non.

 

Alors j’ai dû l’accompagner, le belge. Bien obligé.

Et le salaud, il était logé dans un château ! Un vrai, genre Chambord et tout, avec un parc tout grand, que le **** (pas de pub) met à disposition de ses chercheurs en vadrouille. Je me suis caché dans un bois alors que mon belge allait chercher les clés, et je l’ai rejoint discrètement alors que le majestueux portail se refermait.

Et enfin, on s’est retrouvés dans sa chambre, au deuxième étage, avec un seul lit.

 

Un vrai conte de fées moderne. En plus, c’est mon patron sur le site où on s’est rencontrés. Si seulement j’avais été une gonzesse et qu’il n’eût pas été marié avec deux enfants. Monde de merde.

 

Enfin bref, j’ai pu me balader en caleçon de soie noire à motifs de petits éléphants verts dans un château où je m’étais incrusté en douce, c’est déjà pas si mal. Et j’ai testé le plancher. La moquette le rendait pas tellement plus moelleux.

Et en plus, le lendemain, j’ai pu regarder Dora l’exploratrice en prenant le petit déj, là son copain bronzé sauvait un insupportable dauphin rose amazonien qu faisait scouiic scouiic et mangeait des crabes oranges vif. Et on devait dire « clic » en prenant des photos avec un appareil à gros yeux. Décidément, la télé interactive, c’est un monde surprenant.

 

Tiens, pas de chute.

 

Ha si, un autre point positif de la journée, c’est qu’en dix heures de tournées et un repas, j’ai payé que 10 €. La classe.

Partager cet article
Repost0

commentaires

F
Frenchmat >> de toute façon, Dora, c'est toujours une autre dimension, je crois.Lelf >> Ben non. Remarque, toi non plus t'as pas succombé. Sale gonzesse.Owen >> Hin hin, fallait y penser plus tôt.Gima >> Que ? que ? ne sous-estimes pas le pouvoir du soufflage dans ses mains...
Répondre
G
Après "le joueur de flute et les rats"... voici "le souffleur dans ses mains et les coccinelles".Même sur R42 vous m'excuserez c'ets un peu capilotracté
Répondre
O
Ce qui est vraiment étrange c'est que le lendemain du départ de Francis, j'ai trouvé une note dans ma chambre:LA REGION SUBIT ACTUELLEMENT UNE INVASION DE COCCINELLE. NOUS NOUS EFFORCONS DE TROUVER UNE SOLUTION POUR ERADIQUER CE PHENOMENE. SACHEZ NEANMOINS QU'IL N'Y A AUCUN DANGER.Je savais que j'aurais du lui laisser mon lit. Il a lancé une malédiction sur le château...
Répondre
L
COMMENT ????Il n'a pas succombé à ton caleçon de soie noire à motifs de petits éléphants verts ?????Mais qu'est-ce qu'il lui faut donc à c't'homme là ?Non, franchement, ça ne venait pas de toi je suis sure.Un barbu aussi sexy, non, c'est aps possible....Quel mystère...
Répondre
F
Je suppose que Dora l'exploratrice prend une toute autre dimension quand on la regarde dans un château, nan ?Un peu comme au ciména, quoi   :-)e connaissais le dauphin blanc (Galak), mais pas le rose... remarque, du chocolat rose, c'est plus du chocolat !
Répondre