Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

FIGB recrute




Recherche

13 septembre 2007 4 13 /09 /septembre /2007 22:05

Hop, pour une fois, un texte qui est intégralement pas de moi, mais du co-auteur des aventures de l'île de Pâques, Pierre.
Ecrit après notre retour de stage, il décrit la vie d'un de nos clones (enfin, un de ses clones restés sur l'île de Pâques)

**********************



Alors voila pour fêter le retour du correcteur d’orthographe je vous ai fait un petit texte écrit à l’arrache (pardon au fil de la plume, ou du clavier parce que les claviers y’en a pas sur les oiseaux) parce que plus besoin de me relire… quel soulagement.

 

Salut à vous je me présente Pierre 001, je suis né comme tous les autres Pierres, d’une cuve à clones. Comme j’ai une conscience, au sens freudien, je rêve de tuer le mécanicien pour faire l’amour à la cuve, et rejoindre sa cavité interne si apaisante. Mais tout ça ce n’est pas conscient. Y’a un neurone pelle qui l’a enterré au plus profond de ma tête et c’est vachement bien caché, du moins assez pour que je n’y regarde pas… c’est vrai quoi les yeux ça tourne pas vers l’intérieur. Naturellement je fantasme sur les boulons et les vérins.

 

Un jour alors que je traînais dans un laboratoire, je suis tombé sur un dossier marqué d’un grand X, très alléché par le contenu, probablement empli de mécanique huileuses et caverneuses, se déboulonnant aux rythmes mécaniques d’ondulations électriques, afin de répandre sur des culasses creuses leurs fluides visqueux ; je l’ouvris. Et la quelle ne fut pas ma surprise !

 

*** Fondu au noir ***

 

PUBLICITE (des moments de suspende) :

Vos cheveux sentent mauvais, épilez les à la soude, marche aussi sur les poils et les varices.

 

*** Fondu au noir ***

 

Un dossier confidentiel écrit en crypté que, seule une agente féminine du FBI (Faut Bien Ivoir) au regard perçant comme une aiguille d’acier trempé dans le titane pouvait décrypter, se trouvait sous mes yeux aussi aveugles que l’amour d’un myope. Je devais donc me faire passer pour une agente du FBI afin de pouvoir comprendre la chose.

 

Pendant plus de trois jours sans manger sans dormir et sans aller faire les besoins naturels que tout le gens chastes ou pas assouvissent, je restais cloîtré dans ma chambre afin de recueillir les poils roux de la moquette. Puis à l’aide de colle forte je les collais entre eux pour me réaliser une perruque.

La transformation fut douloureuse mais efficace, je pu enfin décrypter le dossier, dans les toilettes car j’avais trois jours à rattraper.

 

*** Fondu au noir ***

 

PUBLICITE : (des moments où on se fait chier, mais où ça peut être pire)

Un bouchon dans les WC, versez de la soude, un bouchon ailleurs, mangez en.

C’était le conseil de buffle futé.

 

*** Fondu au noir ***

 

Le fracas brisé de la faïence me ramena a la dure réalité, vous faire découvrir ce que j’avais lu : les statues de l’îles de paques auraient été plantés par des extra terrestres caillouphages, ou granitophiles, il y a longtemps, longtemps, longtemps… probablement à l’époque où les poules avaient des dents et couraient après des  reptiles géants pour en faire leur quatre-heures.

 

Mais malheureusement il était quasi sur que ce dossier avait été lu avant moi et perdu malencontreusement par un agent de la CIA (Camarade Immonde à Anéantir). En effet on pouvait voir sur les marges d’immondes traces de vodka communiste de l’oust typique de ces gens là qui faute d’avoir découvert le manteau en fourrure de tigre à la préhistoire se sont adaptés en développant les antigels éthyliques.

Je suivais donc les pas de celui qui me poursuivait, une logique d’espion qui faillit nous emprisonner tout deux d’en boucle temporelle. A l’extérieur, the renard assassinated gisait sur le sol, mon équipier était tombé sur le champ de bataille (et occasionnellement de la falaise) ce qui bien que spectaculaire n’en ai pas moins mortel. En haut dans l’ombre noire de la falaise blanche de granit rose se tenait une silhouette noire comme un ramoneur africain.

 

Tel le crissement d’une craie sur un tableau noir passant le mur du son, elle ricana. Un orage d’effets spéciaux se leva dans le ciel, ou plutôt tomba sur la terre, enfin c’était bruyant et l’eau levée d’en haut atterrit en bas tandis que la poussière noire d’en bas montait en haut pour colorer les nuages, le tout éclairé par des éclairs qui éclairent, mais moins longtemps que les ampoules, va falloir penser à changer le système.

 

J’étais mouillé comme les dessous d’une Individu Naine Se Faisant Arroser, un jeudi soir. Mais ce n’était une trombe d’eau qui allait m’arrêter, c’était le canon scié vissé contre mon dos, bien qu’il soit fort stupide de découper un canon pour le revisser ensuite. J’étais à la merci du noir

 

*** Fondu au noir ***

 

Publicité : La soude, rien de mieux pour dissoudre.

-Tiens c’est vrai ça passe moi la bouteille, dis-je avant de la renverser sur mon sombre assaillant.

 

***Noir fondu***

 

Mon adversaire, jadis si puissant, n’était plus qu’une flaque sombre et dégoulinante qui se glissa dans les profondeurs de la terre, ses fluides nourrirons les pierres de  cette île et plus jamais la Cellule Inutile d’Abrutis ne viendra mettre son nez par ici. Moi je m’en vais me payer une bonne cuve, ou au pire une bassine.

 

*** FIN ***

PUBLICITE :

Apres une bonne cuite, la soude, rien de mieux pour dessouder.

 

Pierre

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mélina LOUPIA 14/09/2007 22:03

Comme Pierre, Tu es l'human beat box du clavier, le bob en plus.Human beat bob.des bizettes

Frenchmat 14/09/2007 16:28

Excellent billet qui me donne envie de manger du chocolat !(rapport au noir fondu)

Mélimélo 14/09/2007 02:32

Ben alors où est-ce que vous l'aviez caché celui là pour que je ne l'aie pas encore lu ?? Merci pour ce moment de détente avant la journée de boulot ^^