Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

FIGB recrute




Recherche

30 juillet 2007 1 30 /07 /juillet /2007 00:32

Aujourd’hui, avec mon petit frère, en marchant dans l’herbe mouillée de la lande bretonne, on a réalisé qu’un truc qui marchait bien pour avoir la gloire et les filles faciles, c’était d’écrire un roman à deux, comme l’ont fait les plus grands : Terry Pratchett et Neil Gaiman, Robert Sheckley et Roger Zelazny, Pierre et Joël Robuchon…

 

On a donc décidé de le faire aussi. Ca peut pas être bien sorcier.

 

On a d'abord choisi un titre : ce sera « Le Virevoltant Sourire de l’Accordéoniste », parce que le Sourire de l’Accordéoniste, ça pète, mais virevoltant aussi ça sonne bien, on l’a trouvé à cause d’un goéland qui virevoltait dans le vent, alors il nous le fallait.

 

Partant de ce titre, on s’est demandé pourquoi virevoltant ? Parce que ce serait un accordéoniste trapéziste, forcément ! Donc l’histoire devrait se passer dans un cirque, qui serait au bord de la ruine, forcément, sinon l’accordéoniste aurait pas besoin de faire un numéro aussi dangereux que de l’accordéon en trapèze, sauf qu’en fait ce serait pas seulement du trapèze, mais un trapèze monté sur rails qui avance d’avant en arrière en plus de se balancer, et l’accordéoniste serait monté sur un tabouret avec un seul pied sur le trapèze, et il jouerait Highway to Hell, parce que ce serait super dangereux.

 

Il faut bien sûr un méchant, qui serait cauteleux, parce que les publications d’aujourd’hui manquent de personnages cauteleux et que c’est un créneau à prendre. On s’est dit qu’un nain qui ferait monsieur Loyal en costume de velours rouge côtelé (en fait c’est à cause de côtelé qu’on a pensé à cauteleux) avec des franges, ce serait l’idéal comme méchant, aujourd’hui, on ose moins faire des méchants avec des handicaps physiques, on leur trouve des excuses, ils ont eu une enfance difficile, battus par leurs parents, violés par des lamas en rut, mais lui, ce serait un vrai méchant dont la mauvaiseté se reflèterait dans son apparence physique de nain bossu. Il s’appellerait le docteur Maximus, et il aurait une fine moustache qui rebique, qu’il cirerait tous les matins.

 

Il serait prêt à tout pour faire rater le numéro de l’accordéoniste, qui s’appellerait Paul-Emile Saint-Ange (l'accordéoniste, avec des cheveux noirs ondulés et un regard profond), parce que il  (le nain) serait avide et que le directeur d’une multinationale américaine du cirque lui proposerait de l’argent pour couler le cirque pour qu’il (le directeur) puisse le racheter, et en plus il (le nain) serait amoureux de la belle écuyère qui n’aurait d’yeux que pour Paul-Emile Saint-Ange, dont le cœur est bon et l’âme pure et sans tache.

Mais il y aurait un rebondissement, parce que en fait l’écuyère serait un transsexuel, ce qui choquera Paul-Emile qui la répudiera, même si elle est belle comme un cœur avec des nichons en obus et la fesse ronde et ferme. Paul-Emile, il serait un peu plein de préjugés sur les transsexuels, en fait, mais le lecteur moyen l’est aussi, c’est pour ça.

 

Alors l’écuyère, qui s’appellerait Dominique, tomberait dans les bras du docteur Maximus par dépit, et il y aurait une scène sexuelle très crue pour satisfaire les instincts pervers des lecteurs, mais ensuite, elle aura honte de s’être ainsi donnée à un homme dont la cruauté suinte par tous les pores de sa peau cireuse, et elle se suicidera mais avouera tout à Paul-Emile avant de mourir, qui lui pardonnera et lui fermera les yeux en murmurant une prière pour le salut de son âme, comme ça finalement le lecteur pourra se dire que en fait, les transsexuels, ce sont des gens bien, mais comme elle est morte, il pourra pas se passer des choses sexuelles avec le héros, ouf la morale sera sauve.

 

On pense aussi mettre des lions qui vont s’échapper de leur cage, heureusement que Paul-Emile est courageux comme pas permis et les ramènera au péril de sa vie, et il sera blessé à l’épaule par un coup de griffe comme ça il pourra avoir un bras en écharpe, c’est pour l’adaptation à la télé, les gens aiment bien les héros avec un bras en écharpe, même si ça handicape pour jouer Highway to Hell à l’accordéon.

 

Il y aura ensuite plein plein d’autres péripéties, sans doute un incendie de chapiteau, un riche mécène arménien, une tentative de faire passer le héros pour un voleur de diamants, une policière qui se laissera pas avoir par les indices qui concordent pour l’accuser et qui sera une brune mignonne avec une queue de cheval, et finalement je pense que ça finira bien pour le héros et la policière, qui s’appellera Desdémone parce que ses parents sont fans de Shakespeare, mais ses amis l’appellent Dess, mais je vais pas vous raconter pour garder la surprise, d’ailleurs les droits sont déjà déposés à la Sacem et partout où il faut.

 

On se voit à la remise des prochains Goncourt, hein !

(encore des frères, tiens. Ca veut bien dire ce que ça veut dire)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

jess' 04/08/2007 21:12

la feunac (oui faut pas citer des marques c'est pas bien) n'a qu'à bien se tenir...j'la sens tout bien cette histoire là. pas l'goncourt in the pocket celà dit mais pas loin tout de même.dès demain chez tata, entre le barbec' et la piscine, je m'débrouille pour placer le mot cauteleux dans n'importe quel contexte...C'est un mot que l'on n'utilise pas assez je trouve.cette abeille qui tourne autour de ma tronche de melon là...on dirait bien qu'elle est cauteleuse(oh punaise ayé...je tiens ma phrase)

Nelly 30/07/2007 18:32

tu veux des mots qu'existent pas pour mettre dans ton roman à vous ?

Frenchmat 30/07/2007 11:00

Ah ouais, une histoire de cirque, c'est un créneau ravageur de pare-choc, ça !S'tu veux je peux t'aider à faire la psychanalyse des méchants... et des lions, éventuellement   :-)

Mélina LOUPIA 30/07/2007 01:01

Et vala et après, on a la batterie qui crie critique hein...Sacrée Yvette moi je dis.Des bizettes