Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

FIGB recrute




Recherche

25 juillet 2007 3 25 /07 /juillet /2007 18:25

Cher blog,

Comme je suis heureux !

C’est le coeur empli d’une joie irrépressible que je nous voyais filer, moi et ma famille aimante, vers notre magique petite île de Bréhat, les sombres anglaises de mon petit frère et les écarlates dreadlocks de ma petite sœur claquant dans le vent engendré par la vitesse que ses 150 chevaux procuraient à notre 4x4 Rav 4 16 soupapes 1 litre 6 qui dépassait à vive allure les verts bocages et les grises zones industrielles bretonnes tandis que l’intérieur de la voiture résonnait de nos chants joyeux (Les filles de Camaret se disent toutes vierges, mais quand elles sont dans mon lit, elles préfèrent tenir mon vit qu’un cierge, qu’un ciergeuuuu qu’un cieeee-eeer-geuuu) et de nos conversations empreintes d’amour fraternel ( Mais bouge, je peux pas mettre ma ceinture, t’es handicapé ou quoi ? Mais non, c’est ton gras qui gêne), provoquant la joie irrépressible suscitée au début de cette phrase un poil trop longue, en même temps j’ai jamais été fichu d’en faire des courtes, même si l’important, c’est pas la taille c’est le goût, comme dit l’autre, j’espère qu’elle n’était pas trop sucrée.

 

Hum.

 

Une fois de plus, une tentative de faire dans la note touchante et empreinte de romantisme a avorté au bout de cinq lignes.

 

Pas grave, reprenons.

Comment rendre par de simples mots l’émotion qui m’étreint la poitrine lorsqu’au détour d’un virage, apparaît Bréhat, entourée de sa multitude d’îlots, toujours identique et toujours différente, selon la marée, la lumière ou la pluie ?

Comment décrire l’attente impatiente sur la cale, tandis que les touristes évacuent la vedette que je vais emprunter, sur laquelle je vais monter en ignorant superbement la main tendue du matelot (mais en disant bonjour, ma maman m’a bien éduqué) pour bien montrer que je suis pas un de ces gros bœufs de touristes, moi, je suis capable de monter tout seul, j’ai le pied aussi marin que le lieutenant Bush, d’ailleurs regardez, je me mets à la proue, les sacs à mes pieds, le regard fièrement perdu dans le vague vers l’avant, qu’il pleuve ou qu’il vente, sans rien dire, car un vrai marin comme moi se doit d’être taciturne, puis rien dire, ça prouve bien mon éternel attachement à cette terre rude et exigeante qu’est Bréhat qui mérite mon attention pleine et entière, et je ne quitte pas l’île des yeux de tout le voyage, les dents serrées.

 

Une fois arrivé sur l’île, l’essentiel pour se distinguer du troupeau de gros bœufs de touristes est d’aller jusqu’à la maison à pied, avec les gros sacs sur le dos, en marchant vite et en négligeant de regarder le paysage paradisiaque qui s’étend sous nos yeux jamais blasés (mais ça faut pas le montrer), sauf pour remarquer à l’attention de la famille le moindre gravillon déplacé, parce que ça prouve bien qu’on est pas des gros bœufs de touristes et qu’on connaît l’île par cœur, encore mieux que Mélina ne connaît son village, d’ailleurs la Bretagne c’est quand même nettement mieux que le sud, et ça dérange même pas qu’il pleuve de temps en temps, s’il pleut, on se protège pas, ça impressionne le gros bœuf de touriste et tant pis si on doit avoir la crève derrière et se moucher toutes les deux minutes et renifler et avaler tant de morve que ça fait roter, au moins on se la sera pétée devant ces gros bœufs de touristes en K-way alors que c’est rien qu’un petit grain de rien du tout, quoi les gouttes sont assez grosses pour assommer des goélands ? Ptain mais tu vaux pas mieux qu’un gros bœuf de touriste, c’est rien ça c’est pas comme la tempête de 73, là c’était quelque chose, y’a même un bateau qu’a fait naufrage, ça c’était le bon temps, ils savaient faire des vrais grains à cette époque, c’est pas comme maintenant, tout fout le camp. Quoi j’étais pas né à cette époque ? Ben je le sais, mais même, je regrette si je veux et non, je ne claque pas des dents, c’est une technique népalo-costarmoricaine d’assimilation plus efficace de l’iode vivifiant de ce climat breton, ça ravigote.

La vache, ça ravigote sa mère, même.

 

Je vais mettre un pull, tiens.

 

Mais c’est pas pour autant que je vais me laisser faire par ce climat, hein.

C’est l’été, je fais des activités estivales : je taille les rosiers, je porte des tables, je regarde les femmes faire la cuisine, je m’assieds par terre pour désherber en lisant Harry Potter (‘tain, je l’ai fini cette nuit à 2 heures du mat’, pas de doutes, y’aura pas de suite), et je peste contre ces coefficients tout pourris qui m’empêchent d’aller me baigner dans une eau à 16°C (289 Kelvin, quand même) ou d’aller pêcher des ormeaux gros comme ça, tant pis, tu ramèneras des tourteaux du bourg maman ?

 

Bon, je vais m’arrêter là, je crains que mon pauvre ordinateur ne souffre de la température.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Francis 28/07/2007 00:30

Frenchmat >> quand j'y suis allé, ça grouillait (mais elles étaient de mon école, pas de Camaret), et j'aime pas les écharpes, ça me fait penser à Isadora Duncan (houuu cte culture)Nelly >> Haaa, tention hein ! mourir, c'est mal. Et c'est surtout à moi que ça donne envie d'y aller dès que j'en parle, heureusement que j'y suisCécile >> Waww, moi j'ai toujours pas pu essayer, par contre j'ai rencontré plein d'excargots. Tu passeras le bonjour à Mélina de ma part, hein !Donio >> ué, Virgin c'est des sales rats !bob >> de rien :o)Mélina >> C'était pas encore aujourd'hui, brrr.tous >> ma connexion est pourrite, mais vraiment beaucoup, je peux pas aller voir tous vos blougs, mais je me rattraperai dès que j'aurai un accès digne de ce nom (pas avant la semaine prochaine, donc. Pffff.)

Mélina LOUPIA 26/07/2007 17:45

Tain, mais quand c'est qu'ils rallument le chauffage en bretonnie?Des bizettes

bob 26/07/2007 16:33

merci pour ce partage

Donio 26/07/2007 14:02

ces salopards du virgin nous ont vu arriver, moi et les autres profiteurs : il n'ont plus de Harry Potter pour ceux qui veulent lire sur place, ils font semblant d'avoir tout vendu... grrr

Cécile 26/07/2007 12:29

ho ben l'etait à 17° du coté de saint briac avant hier, meme on avait le maitre nageur rien qu'a pour nous ( fait bouger sinon t'es bleue toute mourute dnas l'eau)j'ai pas commencé Harry, j'le garde pour lire dans le village de melina quand y fera trop chaud.