Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

FIGB recrute




Recherche

18 juillet 2007 3 18 /07 /juillet /2007 17:23
Alors de un, ouais chuis fier de mon jeu de mot, je l'ai trouvé tout seul.

Puis de deux, ouais, c'est vrai, je ne me sens jamais aussi éloigné du sexe opposé que lorsque j'accompagne de leurs représentantes (en l'occurence, ma maman et ma petite soeur) faire les magasins. Et que je sors du métro, ho un magasin vite vite il faut que j'y rentre  farfouiller dans les bacs voir si je trouve pas LE soutif à 3€ dont je rêve depuis des années. Et ça recommence à chaque boutique.
Et dans Paris côté Denfert, y'en a des boutiques. Alors je traîne dehors en attendant que ça se passe, et en regardant la vitrine de la boutique de Philippe Sella, parce que moi je suis un mec un vrai, qu'aime le rugby, un cultivé en plus, qu'hésite pas à attendre ces dames à la terrasse du bistrot en lisant Harry Potter en VO tout en sirotant un Coca tranche à 4 euros.

J'ai vraiment du mal à comprendre cette obsession féminine pour le dessous, qui les fera chercher des heures pour un truc qui est par définition caché aux regards (merde, c'est ma mère et ma ptite soeur, hein. Et je rejoins les Garçons Bouchers à ce sujet, voir la chanson 6 de la radio de Cha).

Heureusement que je cherchais des godasses, sinon l'après-midi aurait été douloureuse. Mais moi pour les grolles j'ai une technique infaillible : je regarde les modèles, si y'en a qui me plaît hop je regarde si y"a ma taille, comme y'a pas on sort, en deux minutes c'est expédié, et j'irai en acheter en Lozère, comme depuis des années. Mes pieds délicats n'acceptent que le cuir qualité "Gémo Langogne".

Puis malgré tout, j'ai découvert des trucs intéressants, comme le T-shirt compacté de chez Muji, que les vendeuses peuvent assommer les bandits de grand chemin avec. C'est un peu la honte, de se faire assommer avec un T-shirt, même un aussi contondant que ceux de Muji, qui doit sponsoriser l'Intifada en Palestine.

Sinon, faut croire que cette après-midi shopping a également réveillé la bête en moi. Moi qui suis généralement le dernier à remarquer les jolies filles qui passent, que quand un copain me dit "Téma, t'as vu les nichons de la meuf comment qu'elle est trop bonne ?", normalement, ma réponse est "Hein ?", parce que non, je l'ai loupée et quand je me retourne y'a juste un gros touriste américain en bermuda, ben là, aujourd'hui, jour de soldes avec les femmes, j'ai remarqué plus de profils callypiges que de raison (la callypigie se remarque mieux de profil que de face, c'est une simple question de vision en trois dimensions).
Par ailleurs,j'ai aussi observé plus d'accortes poitrines généreusement offertes à mon regard pervers qui s'y abandonnait sans complexe et sans passer par la case regard bovin (en général, plus la teneur en mammelle  est importante, plus il y a besoin de sang pour l'irriguer qui n'est pas disponible pour le cerveau, c'est pas sexiste c'est scientifique).

Dans l'ensemble, une bonne journée donc. J'ai même réussi à placer "pichrocholine" et "coruscant" dans une discussion avec mon popa.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nelly 20/07/2007 18:23

Moi j'achète toujours mes pompes dans la sarthe, et mes habits en basquie et dans les zautes zalpes. Pourtant, y'a plein de magasins ici, mais pas pour moi.

LaTomate 19/07/2007 20:51

Hah, ce qui m'interesse c'est le "pichrocholine" et "coruscant". En une conversation, ou en une phrase ? En une phrase faut se lever tôt (perso, je trouve pas), déjà qu'en une conversation je dis midi, max.

Pierre 19/07/2007 16:37

"Téma, t'as vu les nichons de la meuf comment qu'elle est trop bonne ?"Hé ben, quand on était à rennes, on prenait au moins le soin de formuler une phrase avec de smots tous dans l'ordre avant de matter, et encore des fois, c'était trop dur de parler.Vraiment la vie parisienne ca doit être dur.

Frenchmat 19/07/2007 08:53

Oh l'autre, hey ! T'es vache avec les filles !Rha le pervers... j'espère au moins que tu le fais discrètement  ;-)

cubik 19/07/2007 06:53

les soldes, c'est l'enfervivement qu'elles se terminent qu'on puisse sortir de chez soi